UNE LUMIERE ET RIEN DE PLUS

une lumiere et rien de plus

Le nez aplati contre le hublot, je scrute l’avancée de la nuit et surtout j’essaie de distinguer quelque relief loin en dessous de la carlingue. J’ai peur d’avoir laissé le Japon derrière moi depuis un bon millier d’années, je ne sais plus, pourquoi je suis là au dessus des ténèbres, mêlé aux ténèbres de l’empire soviétique. Des montagnes enneigées, des cours d’eau microscopiques et des étendues blanches et brillantes à l’infini. Le ronflement des réacteurs s’écoule en goutte à goutte dans ma fatigue, mes pensées ont cessées de fonctionner depuis quelques heures déjà, depuis l’aéroport de Narita, mes images du Japon se sont recroquevillées au fond de mon estomac, je ne peux pas dormir.

Cette fois il n’y a que l’obscurité derrière le hublot. Je ne vois plus rien mais je sens loin en dessous, juste sous mes chaussures, la présence des montagnes froides. Et puis… j’écarquille les yeux, il me semble voir une lumière, un petit point lumineux au milieu du noir. Il y a bien une lumière… dix milles mètres plus bas. Sans rien voir j’imagine qu’il y doit bien y avoir au moins une baraque ou deux. La loupiote révèle la neige tout autour mais rien de plus. Un fil électrique, une ampoule, un groupe électrogène… Des hommes ? Des femmes ? Des bergers peut-être ? Je n’en saurais rien de plus mais cette lumière est restée allumée dans mon crâne. On l’appelle la veilleuse, elle veille quand tout le monde dort… Elle veille pour qu’on s’endorme… Je la regarde s’éloigner jusqu’à ce qu’elle disparaisse complètement, engloutie dans l’obscurité, je ferme les yeux et m’assoupis enfin.

Demain ma fille tu auras trois ans (San saï !) et depuis quelques semaines l’obscurité de la chambre t’inquiète si fort que nous jouons à retrouver les petits morceaux de lumière cachés un peu partout dans les ténèbres, derrière le rideau le long de la fenêtre, sous la porte fermée, sur les étoiles collées au plafond, dans les yeux brillants de l’ours en peluche, et plus on fixe la nuit et plus on en trouve. Pourtant il arrive parfois que dans nos pires moments l’obscurité emplisse notre horizon avec tant de férocité qu’elle remplit jusqu’à nos yeux. San saï ! Ce soir je veux t’écrire ces quelques mots. N’oublies jamais qu’aussi colossales et effrayantes qu’elles puissent être, les glaces et les ténèbres ne pourront jamais rivaliser contre la plus petite ampoule de lumière dès que tu l’allumeras.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s