LE GRAND DECALAGE

LE GRAND DECALAGE 1

Brûlure de juillet, autour de l’étang Shinobazu la terre était en feu, ici et là les touristes américains prenaient la pose devant des statues de pierre, un peu plus loin des dizaines d’hommes et de femmes assis à l’ombre des cerisiers, ils pique-niquaient près du théâtre Bunka kaikan d’où s’échappait une mélodie surannée, à l’arrière du théâtre une grande porte était ouverte et sur la grande scène des musiciens répétaient pour un gala, alors j’ai compris que ces gens s’étaient donnés le mot pour venir écouter les chansons de leur jeunesse, les sourires éclairaient tous les visages, quel âge avaient-ils dans les années soixante-dix ? Oui c’est bien cela ils avaient à peu près vingt ans. Ils avaient tous rendez-vous avec leurs vingt ans. Et pour un après-midi la vie leur semblait légère.

J’ai pensé aussi que quelques heures plus tard la salle se remplirait de spectateurs et peut-être bien que tous ceux-là resteraient assis ici, les yeux fermés, à rêver pour pas cher d’un japon qui n’est plus. Je les ai frôlé avec timidité, je marchais presque sur la pointe des pieds pour ne pas piétiner leurs souvenirs. Moi je cherchais résolument la maison Iwasaki, une maison d’un autre temps. J’ai pensé aujourd’hui je suis décalé.

A l’entrée de la maison l’affichage dit : pas de chaussures et pas de photos, j’ai donc marché en chaussettes sur le parquet ciré et pour dire vrai il n’y avait pas grand-chose pour retenir mon attention dans l’imposante maison de style occidental, je me sentais plutôt attiré par les ombres et les lumières du jardin, silence d’un début d’après-midi, j’ai déambulé sans faire de bruit, jusqu’à cette photo encadrée à l’attention des visiteurs, la famille de Hisaya Iwasaki. J’ai regardé les yeux des femmes et j’ai pensé à leurs existences qui s’étaient jouées dans cette maison, à leurs rêves d’enfants et aussi à l’arrogance des hommes, à leurs rêves de gloire. Mais le contraire était peut-être vrai. J’ai pensé aujourd’hui je suis décalé.

De retour dans ma petite banlieue de Yukigaya il y avait cet homme devant le combini près de la gare qui trifouillait sa bicyclette jaune fluorescente, moi je fumais ma cigarette à un mètre de lui, je l’observais depuis un bon moment lorsqu’il s’est tourné vers moi interloqué.

Il m’a dit que je lui rappelais son ami William Bill, un américain décédé depuis plus de vingt ans « quand je vous ai vu j’ai cru que William était revenu !« 

J’ai pensé aujourd’hui je suis vraiment décalé.

.

Ici vous pouvez écouter l’ambiance sonore de cette journée.

LE GRAND DECALAGE 2

2 réflexions sur “LE GRAND DECALAGE

  1. Bonjour Daniel, tiens ça faisait un petit moment que tu n’avais pas publié d’articles ici. Je me souviens avoir visité cette ancienne demeure il y a une dizaine d’années, alors qu’elle venait juste d’être réouverte après rénovation. On pouvait prendre des photos à l’intérieur à l’époque. J’ai assez peu de souvenir de l’intérieur à part de l’étrangeté du passage du style occidental au style japonais de la dépendance connectée. Je me souviens beaucoup plus de cet extérieur faisant figure d’anomalie dans le décor urbain alentour.

    J'aime

    • Bonjour Frédéric , oui petit break dans la publication, le temps manque pour la réflexion ces temps ci, je suis plutôt dans l’action, changement d’habitation, il aura fallu beaucoup de temps et d’énergie pour trouver et aussi amenager le nouveau nid. La maison dans l’article a été pour moi comme une bulle de passé qu’on garde sous cloche, et j’avoue que j’aurais bien aimé y séjourner dans la solitude, y dormir, phantasmes…. Oui seule cette petite photo aura su retenir mon attention, j ai pensé qu’il n’y avait pas si longtemps ces hommes et ces femmes étaient là aussi avec leur époque… Superposée à la nôtre en quelque sorte, je crois au millefeuille du temps !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :