LE FIL

YOYOGI PARK PIQUE NIQUE 9 1200

Est-ce que je monterais tout droit … Ou bien est-ce que la peur me fera hésiter. Un peu comme ces ballons d’enfants échappés d’une main, qui se laissent chahuter par les vents, s’accrochent aux toitures et aux arbres en prenant tout leur temps. Sommes-nous si différents en somme ? Nous regrettons la main qui nous tient. Même si notre nature nous invite à l’envolée, comme une bulle, disparaître dans un ciel bleu sans nuage. J’aimerais m’élever tout droit. Mais toi …

Comment as-tu disparue ? Es-tu restée longtemps accrochée à ce lit d’hôpital… Je garde la sensation de tes doigts au bout de mes doigts. Une année est passée, es-tu toujours là ?

Au bout de ma main droite je sens comme un fil, attaché à mon index, à mon majeur et à mon auriculaire aussi, c’est un fil si fin et pourtant je sais qu’il ne cassera pas. Alors j’agite un peu la main et le fil frémit, car au-delà de mon regard, tout au bout de cette verticale tracée dans l’azur, j’imagine qu’il y a des enfants qui s’amusent à poursuivre un ballon malicieux.  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :