LA COQUILLE A JEF

COQUILLE A JEF 850

Il y a le boulevard de La Villette avec ses kebabs et ses cafés chinois… Il y a la bulle du Parti Communiste et le kiosque à journaux du Métro Colonel Fabien… Il y a le bar-tabac Le Narval avec ses joueurs gratteurs aux milles tickets hallucinatoires, il y a cette vieille femme et sa peau de lapin usée qui déambule en causant toute seule au milieu des buveurs, et puis les cabines des taxiphones derrière lesquelles s’échangent les confidences des amours éloignés, il y a toutes ces portes cochères qui restent fermées…

L’une d’elles s’est ouverte pour moi il y a près de vingt ans, j’y ai mis un pied et puis deux et j’y ai mis le cœur.

C’était un peu comme sa coquille et il la partageait très souvent. Répétitions tôt le matin et jam session tard dans la nuit, les malades de la percussion, les fêlés du piano, les irrécupérables de la guitare et un peu plus rares les névrosés du coquillage… Tous musiciens aux âmes élégantes ils connaissaient l’adresse du Boulevard de La Villette et la double porte du coffre-fort qui laissait parfois s’échapper des solos de free jazz ou des rythmes latins, s’ouvrait jusqu’au petit matin sur des garçons et filles chargés d’instruments, de bouteilles et de rires…

La porte s’ouvrait et se refermait à l’infini. Et lorsque des musiciens se décidaient à quitter le lieu pour aller enflammer la nuit ailleurs, d’autres arrivaient encore, débarqués des ténèbres et le groove repartait de plus belle au-dessus des brumes de tabac.

Nuits marathoniennes, je me rappelle de cette fois où j’eu la sensation de pouvoir entrer dans la musique. Les musiciens se succédaient depuis plusieurs heures sur une impro sans fin. La sensation n’aura duré pour moi que quelques secondes. Je regardais les musiciens et il me semblait que chacun jouait selon son propre désir en se fichant pas mal des autres. Mes oreilles s’obstinaient à se concentrer  sur la musique mais finalement n’entendaient qu’une cacophonie. J’en étais fatigué. Mais soudain j’ai entendu : ça se passait « derrière » la musique : ils étaient libres mais ils étaient ensemble. Quelque chose courait entre les musiciens. Je n’ai jamais oublié.

Le maître du lieu nous remarquait à peine, souvent préoccupé par le choix d’un bec, d’une conque ou d’une anche. Nous le surprenions parfois, malgré l’immense fatigue qui pesait sur les rescapés de la nuit, dans la lumière du petit matin, il continuait ses confidences avec son saxophone.

La coquille à JEF maintenant nous manque. Elle a été remplacée par un bel appartement stylé, les voisins dorment en paix, le digicode fonctionne bien. Elles ferment leurs portes les unes après les autres les coquilles des JEF dans Paris. Elles ferment parce qu’elles ne sont que des lieux de vie enfantés par les rêves souvent naïfs d’hommes et de femmes dont la véritable ambition est seulement de rassembler les gens et pas les billets…

JEF a été l’un des premiers artistes à répondre à ma demande d’interview. Il fait partie du petit groupe des artistes « fondateurs » de l’aventure « Katatsumuri ». Nous avons parlé des chemins du rêve bien sûr et de son amour pour la musique et les musiciens, je me souviens encore avec délectation de l’intensité de sa réflexion.

Merci JEF pour la magie que tu offres à tous et sans compter. Merci pour ta générosité et la gentillesse de tes coquillages.

.

LE SITE OFFICIEL DE JEF SICARD

L’INTERVIEW REALISEE AVEC JEF DANS KIKOERU ?

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :