LA MEMOIRE DURE (ROSSELLA RAGAZZI)

la-memoire-dure-2

«L’anthropologue est continuellement en recherche d’adoption. Je cherche à être adoptée et je fais tout pour cela. »

La mémoire dure – Tout d’abord la peau. C’est la peau que je vois. Visages des enfants du Maghreb, de l’Afrique et de l’Asie, le grain de la peau filmé par la caméra de Rossella. La peau avant la parole. La peau avec ses reflets, avec ses traces d’histoire. Ensuite j’entends les mots de cette institutrice un peu rockeuse. Elle y va, elle ne les lâche pas lorsqu’ils se ferment au discours, elle va les chercher dans leurs égarements, les ramène dans son regard, elle les regarde et c’est çà qui les allège de tout ce qu’ils portent. B-A BA des enfants. Le bout du doigt qui suit la ligne. Cruauté d’un HE-LI-COP-TE-RE qui s’acharne sur les lèvres d’une fillette chinoise, au bord des larmes devant ce mot comme on l’est parfois au pied d’un mur.

« Comme pour filmer des oiseaux, choisir dans la classe ou dans la cour de récréation des espaces rituels, y poser ma caméra, les enfants s’approchent s’ils en ont envie, ils sont comme des oiseaux, ils se posent et s’envolent, rester immobile, silencieuse, et surtout accueillir »

Rossella est professeur d’anthropologie et réalisatrice, formée à l’école du cinéma vérité de Jean Rouch et influencée par le travail de David Mac Dougall, elle filme avec discrétion les enfermements et les évasions de ces petits oiseaux.

Enfermé l’oiseau quand il ne sait pas dire ici ce qu’il savait si bien chanter avant (nouveau pays, nouvelle langue). Enfermé l’oiseau quand il ne peut pas dire (traumatismes de la mémoire – souvenir de guerre, de violences, mais aussi de bonheurs perdus, laissés là-bas). Enfermé l’oiseau quand le système décide pour lui de ses lendemains (direction obligée vers la vie professionnelle, cloisonnement, les yeux de la petite qui comprend qu’on ne lui laissera pas le temps). Mais aussi évasion, dans la tendresse de cette maîtresse qui se bat à leurs côtés, les malmène, les rudoie mais les nourrit. Evasion parce que dans cette classe même leur silence est écouté. Evasion quand les mains se tendent pour jouer ou pour aider. Evasion quand les corps dansent…  

Après la projection, des questions qui lui ont été posées par les spectateurs je n’ai rien retenu. Sauf une peut-être, du moins une réponse dont ma mémoire s’est emparée, et que je n’ai pas encore comprise, mais pourtant je sais déjà qu’elle m’est importante : « avec ce travail je montre ces enfants à un moment donné de leur existence. Voilà, cette année là ils étaient comme çà… J’ai cristallisé le présent à un moment particulier de leur vie et j’ai ressenti une angoisse terrible en prenant cette responsabilité… »

Merci Rossella

la-memoire-dure-1.

La mémoire dure

de Rossella Ragazzi, 2000, 81’

Image, son et montage : Rossella Ragazzi

Production et distribution : Rossella Ragazzi

.

L’école primaire Houdon dans le 18ème arrondissement de Paris, accueille un petit groupe de cinq enfants immigrés tout juste arrivés en France dans une classe d’initiation linguistique. Leur maîtresse Pascale, ainsi que Françoise, la professeure de musique et la conteuse d’histoire Kateline Bachrach, leur apprennent la langue ainsi que la culture française. Pendant neuf mois, Rossella Ragazzi les accompagne avec sa caméra et nous livre un portrait touchant de cette petite classe pas comme les autres.

Epique école ! dans le cadre du mois du film documentaire du Centre Pompidou à Paris.

Rencontre avec Rossella Ragazzi le 09 novembre 2016.

Animée par Mina Rad.

la-memoire-dure-3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :