4026

Cette préfecture a reçue la certification Marianne pour son accueil, lors de la dernière enquête de satisfaction 77 % des usagers se sont prononcés satisfaits de l’accueil.

Un simple SMS sibyllin nous aura conduit ce matin devant les grilles de la Sous-préfecture de Torcy. Deux mois auparavant, j’avais dû livrer à peu près 2 kg de photocopies en échange de ce maigre SMS.

Je remarque seulement maintenant le panneau d’affichage près de la porte et qui stipule en lettres majuscules qu’AUCUNE information n’est plus jamais donnée à l’accueil. Qu’il faut impérativement envoyer un courriel pour avoir le moindre renseignement. Que l’adresse courriel est disponible à l’accueil…

Mais, il y a la porte. La grille de la prison. Sauf que c’est nous qui sommes enfermés à l’extérieur. Le monde libre semble être le territoire des fonctionnaires, de l’autre côté de la haute grille; Je sors le titre de séjour provisoire de ma compagne, elle se tient comme elle peut à mes côtés. Nous sommes bousculés par des hommes et des femmes qui veulent expliquer leur cas personnel au cerbère de la porte. Tous parlent en même temps. Les voix s’échauffent. Une femme se met à pleurer.

Le cerbère me gratifie d’un regard en fronçant les sourcils, il identifie de loin mon papier et aussitôt me lance en prenant soin d’articuler : Regardez le panneau d’affichage ! Il dit cela comme s’il parlait à un débile et en nous tournant le dos : Regardez le panneau ! Je n’ai même pas le temps d’envisager une première syllabe qu’il s’éloigne tranquillement.

Résigné je me plante à nouveau devant l’affichage. Qui ne m’en dit pas plus. Je peste devant les grilles quand un deuxième cerbère arrive et me demande de lui montrer ce fameux SMS sur mon tout petit téléphone, avec ce soleil du matin qui nous flashe, et moi sans lunettes qui ne voit rien sur le minuscule écran, et ces gens qui nous passent devant, pour se glisser par le tout petit espace que le cerbère entre-ouvre avec suspicion, et moi je cherche dans mes messages ce p… de message qui nous a prévenu que le nouveau titre de séjour de ma compagne était prêt et que je ne retrouve pas avec ce soleil. Enfin. Je montre le téléphone au nouveau cerbère qui me dit qu’il ne voit rien… mais il me fait signe d’entrer tout de même.

Notre ticket porte le numéro 4026 … Déjà le chiffre n’est pas rassurant. La longue attente commence dans une étrange lumière blafarde qui semble faire peser encore plus de soupçons sur l’ensemble des participants. Néanmoins nous sommes dans la place et comme tant de fois depuis maintenant sept ans, je regarde encore tous ces visages venus des quatre coins du monde, c’est le seul moment dans cette épreuve qui me donne du réconfort, à chaque fois j’y vois, peut-être par contraste, une certaine tendresse qui relie les peuples. J’y vois la dureté d’un service public qui a hérité d’un nom fantasmé, un peu comme on hérite d’un blason dont on est fier mais dont on ne connaît plus l’histoire. Une fois à l’intérieur du château on peut apercevoir ceux qui sont encore dehors et tentent désespérément d’obtenir ce fameux service au public. Un jeune chinois s’énerve au guichet 23, il accompagne sa mère je pense. Il dit qu’il va faire appel à un avocat. Le cerbère le plus musclé vient le prier de sortir immédiatement en élevant la voix. Et devant tout le monde ils sont reconduits jusqu’à la porte, lui le jeune homme costumé avec sa vieille mère toute tordue.

Que peut-on lire à cet instant dans les regards de tous ces gens, les nuages au ciel qu’ils ont quitté, les rues d’un village qu’ils ont aimés et dans les cris des bébés des histoires à raconter. C’est alors seulement que je remarque Marianne qui me sourit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :