DESORGANISER LE MONDE

Encore un voyage à désorganiser. Le prochain voyage en prenant bien soin d’éviter les cafards. A tout prix car après tout ce n’est qu’une question de prix. Encore qu’il n’y a souvent que les cafards qui soient les mieux informés de la vie japonaise. Je gagnerais sûrement à copiner. Mais cette fois je veux des murs blancs, une chambre vide et des tatamis, un dépouillement absolu et aussi le silence aux fenêtres. Et si je peux en rajouter je veux aussi entendre le gargouillis de l’eau dans la bouilloire pour le thé. Bref, un Japon nécessaire.

Quand tout cela sera en place, je me résignerais à sortir de la maison et me mettrais en recherche de l’homme essentiel ou de la femme essentielle. Son histoire sera posée là sur une table entre nous. Je veux qu’il ou elle me confie qu’il ou elle m’attend depuis toujours. Et pas moins sinon ça ne vaudra rien. Nous nous reconnaîtrons dans une amitié vieille de cent mille ans. Et nous en pleurerons. Ce sera encore l’été. Tokyo en été. Alors évidemment les cafards. Il y aura des bars dans lesquels je n’entrerai pas, mais devant lesquels je repasserai plusieurs fois. Et puis des rues, encore des rues. Et il faudra bien que je trouve des ruses pour refuser toutes celles qui m’étaient si familières, les rues d’hier. Cette fois j’irais là où je ne vais jamais. J’irai là où je ne veux pas aller. Pour te rencontrer.

Les regards pourraient bien suffire pour se comprendre, mais généralement ne suffisent pas pour se trouver. Affligeante problématique. Il me faudra trouver l’interprète qui rêve de moi. Et pas moins sinon ça ne vaudra rien. Le projet quant à lui est irracontable. Proche de la folie. Certainement. Combien de fois j’ai bredouillé, à chaque fois plus maladroit. Kikoeru ? Ça veut dire est-ce que tu entends ? Tout est dit. Pourtant à chaque fois il faut en rajouter, expliquer, développer, rassurer surtout. Toujours rassurer, moi qui ne suis pas rassurant. L’interprète est la clé. Mais le problème de l’interprète est qu’il (ou elle) manque de confiance en lui (en elle). Il ou elle accepte le job uniquement parce que c’est un job… Un peu plus original que les autres jobs.

La vraie question que l’interprète me pose parfois c’est, pourquoi faites-vous cela ? Et là je suis perdu, au fond de moi je comprends que nous ne pouvons pas être sur la même longueur d’onde. Parce que c’est évident. Je fais cela parce que c’est évident. Je devrais répondre : et vous, pourquoi ne faites-vous pas cela ?

Questionner le monde à propos des chemins qui nous rapprochent de nos rêves. Beaucoup sont incapables de concevoir qu’ils portent un rêve en eux. Un rêve. Qui demande à se réaliser. A nous réaliser. C’est ce que je cherche à savoir. Peut-être qu’en cherchant ensemble nous arriverons à accepter nos présences multiples, et non plus à simplement nous tolérer mais à nous souhaiter. Et pas moins sinon ça ne vaudra rien.

Mais ça n’a jamais marché. Avant je passais des mois à organiser mes séjours japonais, en prenant des contacts, avec des échanges de mails, de longues explications, noter des dates et des heures, imprimer des plans de rendez-vous, et malgré tant de choses réalisées, ça n’a jamais fonctionné.

L’interprète peut-il rester neutre ? J’ai le souvenir en 2009 d’une interprète que j’agaçais terriblement avec mes prétentions de faux journaliste borné, elle me disait que je devrais plutôt m’intéresser à des personnalités du monde artistique, mieux préparer mes dossiers de presse, connaître mon sujet … Mais mon sujet n’est passionnant pour moi que parce qu’il ne m’est pas connu. Quelle grande leçon. Grâce soit rendue à cette jeune femme, qui de toute sa mauvaise humeur me résumait en deux ou trois mots, les longues réponses de mon interlocuteur. Cette peste m’aura fait comprendre l’essentiel. Il suffit que nous soyons face à face, que nos respirations s’accordent et que nous ayons le temps. Ne rien presser. Il suffit que je rencontre la personne qui veut me rencontrer… Pas moins sinon cela n’aura pas de valeur.

Désorganiser le monde donc et essayer d’apprendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :