LE BOIS FRAPPE LE BOL

Le bois frappe le bol. Le son frappe le coeur. Une vibration traverse mes os. Elle emporte dans ses tourbillons des fragments de mon histoire. Elle se cogne à la nuit qui encombre encore nos têtes. Le bois frappe le bol. Le son est différent. La main est toujours différente. La vibration étend ses ailes, je tente de la suivre mais déjà je n’entends plus rien. Quatre fois. Le bol chante et son chant fait trembler les ombres qui nous entourent.

Claquement des bois.

Alors zazen.

Je me tiens assis au bord du vide, sensation rapide, avant que tout ne s’agite. Nous sommes cinq. Comme toujours je me sens fragile au milieu des autres. Les autres sont des rocs au milieu de la tempête et rien ne semble les ébranler. La tempête nous punit, il est interdit de s’asseoir, il n’est pas permis de ne plus rien vouloir, nous voilà trempés de pluies, nos corps sont secoués par des bourrasques de vent. Mais les autres ne bougent pas. Ils sont de marbre. Je  ne peux pas les voir mais je les devine admirables. Et puis la tempête se calme. Et je sais déjà que ça ne durera guère. J’en profite pour me redresser de l’intérieur, d’un millimètre, du bout des cheveux. Au passage je me rends compte que j’habite à l’intérieur d’une coquille. Mais déjà la tempête revient.

Alors zazen.

 

2 réflexions sur “LE BOIS FRAPPE LE BOL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :