POÉTIQUE DE LA VILLE # 3 (PIERRE SANSOT)

 

Départ à l’aube et promenade matinale – (extrait)

«Nous comprenons à quel point cette promenade d’un homme inoccupé, au milieu de gens que le besoin presse d’agir, peut paraître mystifiante. Il nous faut donc en préciser la signification, la défendre à l’endroit d’autres expériences qui sembleront plus authentiques, sur le plan humain ou social. Ce n’est pas que nous ayons à statuer sur sa valeur morale; encore faut-il montrer qu’elle est donnante, qu’elle est révélante de la ville.

D’abord, pensera-t-on, il s’agit d’un jeu, d’une attitude ludique. Ce promeneur qui, par ce matin-là, prétend connaître quelque chose de la ville, s’en absente, échappe à ses contraintes, la traverse comme un étranger qui ne subit pas ses lois et qui s’en fait une vision euphorisante, donc fausse. Mais les acteurs qui circulent, poussés par le travail, la saisissent-ils mieux ! Enfermés dans leurs propres trajets, ils n’en ont pas une vision panoramique. Tout au plus se sentent-ils portés par un mouvement d’ensemble. D’autre part notre promeneur n’est pas un étranger, il sait observer, d’un coup d’œil averti; il décèle les professions et les habitudes, les points de turbulence et les masses molles. Il est, en quelque sorte, mis en appétit par tant de projets et tant d’exécutions. Son regard s’est mis, lui aussi, en travail : avide de capter, de sonder, de rapporter et de coordonner les mesures, d’une curiosité qui ne se lasse pas de s’égaler aux spectacles qui lui sont offerts. Et nous apercevons ainsi de quelle façon il appartient à la ville : non point en assumant un rôle puisqu’aucun ne lui a été dévolu, mais en participant, plus que les autres, à cet appétit de faire. Il recueille et il réactive toutes les excitations qui lui parviennent et qui, sans ce témoin, se perdraient. Il se déplace pour capter le plus grand nombre d’«informations». Il découvre cette vérité première, à savoir que la ville suscite le mouvement, qu’elle met en branle, non point d’abord parce que les tâches ne manquent pas mais parce qu’elle constitue un lieu où il faut faire quelque chose.

Notre promeneur matinal dont la marche n’a, pour motif, aucun intérêt particulier, réalise mieux que les autres cet acte pur, cette ivresse d’agir. On peut parler, à cet égard, d’une création de l’œil, du regard de l’homme par la ville. A force d’être en travail et de réagir aux silhouettes, aux formes, aux spectacles, il devient regard éduqué, averti jusqu’au cynisme, jusqu’à l’effronterie, puisque tout est à voir jusqu’au déballement et l’exhibition.»

 

Extrait de : Départ à l’aube et promenade matinale – Poétique de la ville – Payot.

Ce livre que je ne me lasse pas d’emporter dans mes promenades parisiennes ou tokyoïtes et de citer aussi. Pierre SANSOT a bien évidemment écrit beaucoup d’autres livres magnifiques mais j’ai une attirance infinie pour celui-ci qui est tout aussi labyrinthique que peut l’être une mégalopole pour moi.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :