TADAO ANDO

 

Je rends abstraits les éléments naturels que sont l’eau, le vent, la lumière, le bruit … Au sein d’un ordre architectural austère, je cristallise l’énergie vitale de la nature et l’oppose à l’homme. De stupéfiantes confrontations peuvent naître entre l’homme et la nature. Cette tension même peut réveiller une sensibilité latente, enfouie dans l’esprit de l’homme d’aujourd’hui. Par le biais de l’architecture, qui ne se limite pas à un simple produit de la pensée conceptuelle, je souhaite créer un lieu stimulant qui en appelle à tous les sens du corps humain et, pour ce faire, je tente de mettre en relief dans la société contemporaine la force de la nature. Il ne s’agit pas là de forme ni de style ; je souhaite raviver le sens de la vie et de la nature, qui circule dans les strates profondes de l’histoire, autrement dit l’esprit de la culture, le faire dialoguer avec le monde actuel et le projeter aussi loin que possible dans le futur.

Ainsi peut-on accumuler des couches nouvelles pour une société future. Alors l’architecture, sans s’enfermer à l’intérieur des formes, émergera, en accord avec son environnement et le cours du temps, pour redonner vie aux paysages naturels et urbains.

Extrait de Tadao Ando Pensées sur l’architecture et le paysage de Yann Nussaume aux Editions Arléa.

Plus sur TADAO ANDO sur le site VERNACULAIRE, duquel sont extraites les deux photos ci-dessus, très beau site à consulter sans modération !!

VERNACULAIRE

Exposition TADAO ANDO Le Défi au Centre Pompidou Paris – Galerie 3 du 10 octobre au 31 décembre 2018.

 

2 réflexions sur “TADAO ANDO

  1. Salut Daniel, cette exposition ressemble à celle qui avait eu lieu à Tokyo l’année dernière à la même époque au NACT de Nogizaka. De l’exposition, je me souviens de cette relation qu’il construit entre la bâti et l’environnement naturel extérieur, comme si le bâtiment était construit uniquement pour apprécier ce qui l’entoure. Comme une de ses premières maisons de béton, Row House à Osaka, séparée en deux parties par un espace extérieur, et où il faut parfois faire l’expérience de la pluie pour aller d’une partie à l’autre. Pas forcément facile ou confortable à vivre par contre.

    J'aime

    • Bonjour Frederic oui superbe expo qui m’a fasciné, pour ma part j’avoue que traverser un couloir pluvieux pour aller d’une pièce à une autre ne me déplairait pas. Bon il est probable que le béton brut par contre soit un élément un peu spartiate pour une vie de tous les jours, en tout cas l’artiste porte en lui une profondeur vertigineuse, je découvre seulement ces réalisations !! J’aimerais beaucoup aller voir sa colline avec bouddha enterré un de mes prochains séjours au Japon.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :