LE VOYAGE EN ORIENT (HERMANN HESSE)

C’était un peu comme un rendez-vous reporté de longue date. Nous n’étions pas impatients l’un de l’autre. Nous nous savions trop occupés pour brusquer l’événement le livre et moi.

« J’ai dit que tantôt nous avancions en petit groupe, tantôt nous formions une troupe ou même une véritable armée; mais il arrivait aussi que je restasse en arrière dans quelque région, avec un seul camarade, ou même tout à fait seul, sans tente, sans chefs, sans porte-parole. Une autre difficulté du récit tient à ce que notre randonnée ne nous conduisait pas seulement à travers l’espace, mais aussi à travers le temps. Nous marchions vers l’Orient, mais nous traversions aussi le Moyen Age ou l’âge d’or, nous parcourions l’Italie ou la Suisse, mais nous campions aussi parfois au milieu du Xe siècle et logions chez les patriarches ou les fées. Durant le temps où je fus seul, je retrouvais souvent des régions et des gens de mon propre passé, je marchais en compagnie d’une ancienne fiancée sur les rives boisées du Rhin supérieur, je buvais avec des amis de jeunesse à Tubingen, à Bâle ou à Florence, ou bien j’étais un enfant et partais avec mes camarades d’école pour prendre des papillons ou épier une loutre, ou bien ma société se composait des figures préférées de mes livres, Almansor et Parsifal, Witiko ou Golmund chevauchaient à mes côtés, ou encore Sancho Pança, ou nous étions les hôtes des Barmekides. Lorsque je me retrouvais ensuite dans quelque vallée auprès de notre groupe, que j’entendais les chansons de l’Ordre et campais en face de la tente des chefs, je comprenais aussitôt que ce retour à mon enfance ou ma chevauchée avec Sancho faisaient nécessairement partie de ce voyage ; car notre but n’était pas simplement l’Orient, ou plutôt : notre Orient n’était pas seulement un pays et quelque chose de géographique, c’était la patrie et la jeunesse de l’âme, il était partout et nulle part, c’était la synthèse de tous les temps. » (Extrait)

Le voyage en orient – J’avais lu ce livre comme on se satisfait d’un met ordinaire, un accompagnement en quelque sorte, aux plats de choix qu’étaient devenus pour moi les SiddharthaDemianLe loup des steppesKnulpNarcisse et Golmund et Le jeu des perles de verre. Le voyage en orient était un titre prometteur, j’imaginais une suite à un quelconque enseignement bouddhiste ou taoïste, je m’étais vite résigné à en bâcler la lecture, trop ennuyeuse pour mes vingt-cinq ans. Mais la semaine dernière, mes cinquante-sept ans aidant, et justement à leur approche, la question m’est posée, voudrais-tu un livre pour ton anniversaire ?  Nous étions devant les casiers en bois de la librairie aux merveilles Joseph Gibert à Paris. En réponse à la question, j’ai extirpé un livre d’occasion, à la reliure maigre et aux pages un peu jaunies. C’est lui que je veux.

Hermann HESSE – Le voyage en orient – Editions Calmann-Lévy.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :