LE VENT SOUFFLE, IL FAUT TENTER DE VIVRE

Le vent souffle mais il faut tenter de vivre … A qui peuvent servir ces mots ? Tu le sais toi ? Dans tes gros yeux noirs de lapin je ne distingue aucune intention. Tu ne bouges pas d’un œil. J’ai parfois envie de mettre en mots ce que je ressens mais c’est à ce point délicat que je repousse le moment encore et encore. Il est devenu aussi difficile de communiquer avec soi-même qu’avec des amis. La parole de tous est bâillonnée.

Le soir je reviens de ma journée de travail avec la sensation très nette de me replonger dans l’autre monde et le matin je repars à mon travail avec la même sensation de me replonger dans l’autre monde… Et toi mon ami lapin ? Dans quel monde vis-tu ? Tu ne bouges toujours pas d’un œil, est-ce qu’au moins tu me regardes ? J’aimerais avoir ta sagesse de lapin. Un troisième monde en somme. Y aurait-il autant de mondes qu’on pourrait en désirer ? Souvent je t’appelle mon petit sphinx avec ta posture éternelle et ton observation totale. Tu questionnes ma vie sans rien me dire.

Le monde des réseaux sociaux m’envoie des signaux d’alarme et des cris de détresse. Je lis des articles, je regarde des vidéos, le rythme est sévère, depuis plusieurs mois il n’y pas de repos, pas de légèreté, pas d’insouciance. Et puis il y a le monde du travail où tous vivent à peu près normalement, rigolent, font des projets de vacance, des achats de Noël, des projets d’avenir, un masque sur le nez, une application installée sur le téléphone. On s’y fait.

Je passe d’un monde à l’autre. Je peux témoigner qu’il existe effectivement deux mondes. Ce n’est pas une situation agréable. J’ai envie d’écrire quelque chose d’important. Souvent après la journée de travail je redoute de rentrer chez moi, je sais que l’autre monde m’attend. Quand vient le matin je redoute le moment de retrouver les gens tranquilles du RER et des bureaucrates, même celui des ouvriers du comptoir du matin qui maintenant m’est interdit, mais de l’extérieur, de la rue, parfois sous la pluie avec mon gobelet de café à la main, je les vois qui ignorent absolument tout ce qui me fait m’angoisser. Je ne leur reproche rien. Chacun fait comme il peut.

Alors il faut tenter de vivre et de réfléchir. Réfléchir pour ne pas perdre le chemin. Quelle raison ai-je de croire ce médecin ou cette scientifique qui nous alerte sur les effets dévastateurs des injections pour le système immunitaire des populations ? Pourquoi ne pas croire cet autre médecin qui s’exprime sur une chaîne officielle et nous rassure à propos des bienfaits et du devoir civique de la vaccination ? Pourquoi et au nom de quoi, moi qui n’ai aucune formation scientifique pourrais-je prendre parti pour l’un ou pour l’autre ? Pourquoi vais-je donner plus de crédibilité à un scénario catastrophe plutôt qu’à une perspective rassurante ? Comment puis-je penser une seule seconde que des gouvernements, nos gouvernants, risqueraient de mettre en danger leurs populations en les forçant à se faire injecter des produits dangereux ? Et encore pire, s’ils avaient le moindre doute sur la dangerosité de ces injections nous obligerait-ils à faire vacciner nos enfants eux qui en-ont aussi ?

Non je ne peux pas penser un truc pareil. Je suis incapable d’y croire vraiment. Je n’essaie même pas d’être sarcastique en écrivant ces lignes. Je suis tout simplement incapable de croire à ça. C’est pour ça que les deux mondes sont invivables pour moi. Je dois me dire que ces médecins, virologues, immunologues du monde entier, parfois honorés de récompenses prestigieuses et reconnus par tous, parfois prix Nobel et qui se voient refuser un droit de paroles dans TOUS les médias officiels de la planète, sont peut-être des personnes fragiles pour croire et diffuser des informations effrayantes, il est possible que dans les sphères des organisations pour la santé il y ait des jalousies, des rancunes, des blessures, je n’en sais rien mais tout cela reste possible. Ils règlent leurs comptes en se servant de cette période où tout et absolument tout peut être remis en question. Je veux croire que c’est la raison qui les poussent à devenir complotistes.

Quand je suis seul avec moi-même, je pense à ma fille. Onze ans. Je pense à tout ce que certaines informations nous prédisent, je prie en silence au fond de moi pour que tout cela n’arrive jamais. Je me répète que nous avons bien affaire à des farfelus, des prix Nobels devenus cinglés, que la pandémie a bien été évitée de justesse grâce à une politique de vaccination de masse à laquelle nous nous soumettrons sans problème dès que nous aurons la certitude que les organismes s’en trouvent renforcer et pas anéantis.

Certains jours je me déconnecte des réseaux sociaux pendant quelques heures et puis je vais marcher dans les forêts avec ma fille. Et nous ramassons des feuilles aux couleurs de l’automne et nous cherchons le noms des arbres dans un livre. Et le monde tourne à nouveau comme il faut qu’il tourne.

Sauf que, il y a tout de même un truc qui fascine ma curiosité :  l’imperméabilité des sphères on dirait le titre d’un livre de physique, les sphères c’est-à-dire les types de personnes qui constituent mon environnement à certains moments de la journée. Dans la sphère « diurne » seuls les achats de Noël deviennent préoccupants. Il y a quelques heures j’étais dans les allées du Forum des Halles à Paris au milieu d’une foule énervée. Nous sommes au début du mois de novembre et les gens commencent déjà leurs achats de Noël, parce que les médias claironnent qu’il y aura probablement pénurie sur certains articles, qu’il n’y en aura pas pour tout le monde, alors ni une ni deux, les voilà qui se précipitent aux caisses des magasins de jouets, boutiques de fringues et autres marchands de I-phone … Je me disais qu’il n’y avait pas autant de monde dans les rues aux dernières manifs contre le Pass sanitaire. La seule façon de faire descendre tous ces gens dans les rues serait d’annoncer des soldes monstres.

Le collectif des Mamans louves s’est réuni cet après-midi sur la place de La Madeleine à Paris, contre la vaccination des enfants. Des policiers ont utilisé des gaz sur les femmes. Des policiers français ont gazé des femmes qui manifestaient pour l’avenir de leurs enfants.

Des policiers français ont gazé des femmes qui manifestaient pour l’avenir de leurs enfants. Cette phrase aurait dû faire la une des journaux de la presse écrite et visible dans tous les kiosques de France si les journalistes étaient encore des journalistes. Mais heureusement il y a encore des journalistes, il y en aura toujours j’ai confiance en eux, ils se regroupent pour dénoncer, ils prennent des risques, ils existent sur des réseaux indépendants, il faut les soutenir. D’ailleurs à ce propos on peut remarquer un truc intéressant, si les médias nationaux et internationaux sont tous muets, les médias locaux eux sont parlants, la presse locale n’ayant souvent rien de mieux à se mettre sous la dent fait état des accidents relevés lors de tournois sportifs ainsi commencent à proliférer les malaises, myocardites, AVC, arrêts cardiaques touchant des sportifs en plein effort, les listes s’allongent sur les réseaux sociaux, on y voit même de petites vidéos amateurs prises à l’instant de l’évènement.

L’imperméabilité des sphères donc. Cette vidéo des femmes gazées alors qu’elles étaient tout de même peu offensives dans leur cris m’attendait à mon retour du travail. Je l’ai tout de suite relayé sur le réseau. Je suis certain, catégoriquement certain que dans l’autre sphère cet évènement sera ignoré. Donc dans l’autre sphère cet évènement n’existera pas. Il n’aura jamais eu lieu car personne parmi les habitants de l’autre sphère ne l’aura visionné. Et même plus étrange encore : dans ma liste de contacts, tous ceux qui évoluent uniquement dans l’autre sphère ne cliqueront pas pour ouvrir cette vidéo. Ils ne le feront pas (ne pas cliquer) de manière consciente, en choisissant de ne pas l’ouvrir, mais quelque chose en eux fera glisser leur regard ailleurs, ils verront bien vite que je ne propose rien de rassurant, ne s’attarderont pas car après une journée de travail, on a besoin surtout de se détendre l’esprit, Netflix nous y aidera.

Je regarde ton oeil de lapin. Je ne peux regarder que ton oeil et jamais tes yeux, on ne peut voir en même temps les deux yeux d’un lapin. Ton oeil toujours immobile, je me sens scanner par ton oeil. Je te demande tout bas, que va-t-il se passer ? J’espère dans mes meilleurs jours qu’il ne se passera rien. Finalement rien. Nous avons tout fantasmé. On en rira je le promet.

Il faut que nous ayons tort. Notre seul espoir réside dans notre tort. Les chiffres ont tendance à s’affoler de nouveau, on fera passer les virus saisonniers pour des cas de Covid, on fera aussi passer les non-vaccinés pour des individus dangereux, certains parlent de créer des milices pour les trouver, pour les forcer, certains pays construisent des camps d’isolement pour leur faire retrouver la raison, on annonce des confinement uniquement pour les personnes non-vaccinées, des gens bien pensants incitent les populations à se dresser contre ses gens irresponsables qui ne font pas l’effort de croire tout ce qu’on leur raconte.

Le monde a mal. Tous les pays du monde sont en guerre, avez-vous vu ces vidéos des manifestations d’Italie ? Avez-vous vu ces rassemblements immenses en Australie ? Avez-vous seulement vu l’incroyable répression policière mise en place pour effacer les images et faire taire les cris ? Savez-vous que la résistance s’organise partout aux Etats-Unis comme en Europe ? Il s’agit bien d’une attaque mondiale contre les populations, alors oubliez le virus soi-disant ennemi, c’est juste un alibi, ce qui est visé est bien plus terrible. Cherchez les informations, cherchez comme des fous, vous n’aurez pas longtemps à chercher mais surtout, indignez-vous encore. Rien n’est caché, il suffit d’ouvrir les yeux en grand comme mon ami lapin et puis regarder.

Mais regarder n’est pas facile.

C’est avec ça qu’ils nous tiennent.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :